Avertir le modérateur

09/07/2014

La Nostra Navicella

 

La crise née de la CGT section marins de la SNCM pose une question essentielle :

Comment a nostra Corsica peut-elle devenir autosuffisante ?

Avant le rachat de la Corse par la France à la République de Gênes, l’île avait développé une agriculture permettant l’autosuffisance voire l’export (miel, cire etc…) de denrées qui faisaient sa réputation à travers la méditerranée. Les grecs nous apprirent à cultiver la vigne, les génois et les pisans les méthodes modernes d’exploitation, l’élevage ovin et bovin était traditionnel et bien ancré chez nous.

Or, depuis que Alpozzo le puzzo et ses collègues boulistes profitent de l’absence de gouvernement en France, que la CGT toute puissante évite les coups de matraques qui, pourtant, furent généreusement distribués aux marins du STC en 2005, depuis que les socioprofessionnels de Corse découvrent une situation de violence d'état que les nationalistes, tels des Cassandre modernes, dénoncent depuis toujours, nous nous apercevons donc que la Corse n’est absolument pas autosuffisante et est maintenue en vie grâce aux bon vouloir de subventions extérieures, de compagnies continentales et de la fainéantise politique qui est la nôtre.

Les argumentations sur les projets de société tournent autour des statuts spécifiques, de l’autonomie ou de l’indépendance  mais sans jamais avoir proposé ni établi de plan de mise en place d’une société autonome au sens agroalimentaire et financier du terme. Quelques points essentiels nous paraissent avoir disparu du panorama politique et économique et nous souhaitons humblement et rapidement évoquer les 5 items qui nous paraissent essentiels :

-          - Agriculture : Les terres arables dans des situations d’indivision, sur des zones non-protégées doivent être attribuées à des exploitants agricoles locaux, accompagnés et dirigés vers des productions utiles et économiquement viables pour la Corse. La mise en place d’un établissement foncier capable et puissant est donc incontournable pour la gestion des terres agricoles. Il faut favoriser l’investissement public local dans l’exploitation agricole, jeter des passerelles humaines et institutionnelles entre nos agriculteurs, les banques et les pouvoirs publics. De manière plus pragmatique, il convient de diversifier ainsi les cultures selon les besoins de l’ile et établir des plans de production respectueuse selon les zones, les régions, les saisons et les objectifs visés.

-          - Agroalimentaire : Produire est une nécessité mais il convient aussi de pouvoir traiter et conditionner le produit. Les chaines de transformation des produits permettent de transformer une matière première (fruit, légume, céréale) en produit élaboré (biscuit, conserve…). Ceci implique une industrialisation de la Corse favorisée et portée par des pouvoirs publics compétents et impliqués. Il convient aussi de favoriser un rapport plus direct du producteur au consommateur en évitant les intermédiaires afin de permettre la réduction du coût final du produit (et donc le prix).

-          - Culture, patrimoine et tourisme : La Corse dispose d’un retard important en matière de tourisme. Aucun ciblage marketing, pas de business plan et peu de mise en valeur du patrimoine culturel et historique favorisent l’entêtement dans un tourisme de masse, peu intéressant au niveau financier. La culture et le patrimoine sont de réels facteurs de développement économique et permettent de sauvegarder la culture tout en générant un tourisme culturel de qualité, économiquement viable et permettant l’investissement.

-          - Exploitation des matières premières : Recenser les matières premières de la Corse (eau, bois, minerais etc…) et établir des plans d’exploitation en favorisant l’accès à des concessions par des entreprises locales.

-          - Transports : La création d’une compagnie maritime corse parait incontournable désormais. Publique ou privée, peu importe, mais capable de procéder au transport de passagers et de denrées de la Corse vers toutes les destinations. Tablant sur une réelle prise en charge du tarif de résident et sur un service encadré et continu, cette compagnie éviterait à la Corse de rester prisonnière de caprices syndicalistes récurrents et ridicules.

Tout ceci, nous le savons, nécessite d’avoir les bonnes personnes, volontaires et compétentes actrices du processus et présentent de la base au sommet de la pyramide.

Depuis la loi du 13 mai 1991, la CTC aurait dû convoquer des états généraux et favoriser un projet de société qui aurait fait (à nouveau) de la Corse l’ile la plus riche de méditerranée et un exemple de développement socioéconomique. Or, il n’en a rien été, les forces rétrogrades pratiquaient leur coupable industrie et ont plongé la Corse dans une situation tiers-mondiste, perfusée et assistée.

Aujourd’hui, le renouveau politique annoncé par le Veranu corsu, les mobilisations de la jeunesse corse tant au niveau de la langue et de la culture que de la société, les élections bastiaises avec leur résultat plein d’espoir, nous laissent envisager que les progressistes, les nationalistes et toutes les forces qui convergent et œuvrent à l’intérêt di a nostra Cursichella vont porter ces projets qui nous permettraient enfin de voir la Lumière face à un système jacobin, obscur, incompétent et démissionnaire.

Quand les politiciens habituels perdent u senzu cristianinu, c'est au peuple de s'organiser.

Simu di stu paese e ci vulemu campà !

 

Corse, SNCM, CGT, CTC, grêve, transports, bateaux, crise

03/04/2008

La Corse, réserve indienne

La polémique enfle après la nouvelle campagne publicitaire de l'Agence du Tourisme de la Corse. Le slogan : "Corse, réserve naturelle de vacances" où l'on y voit une plage déserte... Mensonger et de mauvais goût ?

Commençons par dresser un tableau de la Corse en 2008 : recul de la langue corse, acculturation, sous-développement, menaces de bétonnisation sur le littoral, classe politique dévouée à un tourisme déstructeur, paupérisation de la société et exil forcé de la jeunesse pour trouver du travail, spéculation immobilière, ravages de la mondialisation, problème du foncier et de la flambée des prix de l'immobilier avec un marché reservé de plus en plus à des riches acheteurs d'Europe du Nord.
 

fd4866d8c6984b9e93cf37505233be36.jpg

Devant ce triste constat, comment ne pas se poser la question de la survie du peuple corse, minoritaire sur sa terre ? 

 

Dans ce climat, voilà que l'ATC nous sort une campagne de pub avec un slogan du meilleur effet : "Corse, réserve naturelle de vacances".

 

Des voix se sont déjà élevées pour dénoncer le caractère mensonger de la publicité : en effet, difficile de trouver une plage déserte comme sur les affiches de l'ATC pendant les mois de juillet et d'août. Les touristes qui vont débarquer à Palombaghja ou à Rondinara ne sachant où mettre leurs serviettes sur la plage bondée et surfréquentée risquent d'être déçus...

 Mais c'est  le slogan choisi par l'agence de pub de l'ATC laisse rêveur...

61f4f1762e6f49f330db7a23910e67a6.jpg 

Et oui, manque de pot pour les chers cerveaux qui dirigent la région, le slogan associant la Corse à une réserve a déjà été déposé, mais par les nationalistes qui se demandent si les Corses ne vont pas finir dans une réserve non pas de vacances mais d'indiens. Comme le montre cette image prise sur le site du Rinnovu.

Au moins les intentions sont claires.

Après l'histoire du permis de construire dans un site classé de Séguéla et le sketch de Nicolas Sarkozy et Camille de Rocca Serra pour accorder un permis à leur pote Jean Reno, décidément nos élus à la tête de la CTC marquent des points en ce moment.

 

Au moins leurs intentions sont claires et on sait où l'on va. Faire de la Corse une île de résidences secondaires pour touristes friqués d'Europe du Nord et de peoples à la con. Pour ce qui est des intérêts du peuple corse on repassera...

 

Finalement, c'était pas forcément une très bonne idée de mettre les maires des deux plus grosses stations balnéaires corses à la tête de la région. 

 

d8cc792793935e2cb5a0a701e73dba9c.jpg
3b662ffe08c187583194eb34a13f2f2d.jpg
(image trouvée sur un forum) 

 

 L'annerbatu

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu