Avertir le modérateur

26/06/2014

U ventu chi ciambutta a barcella

Le FLNC-Union des Combattants a déposé les armes hier, ce n’est plus une nouvelle, c’est un fait désormais historique.
S’inscrivant dans un processus désormais exclusivement politique et démocratique, les clandestins ouvrent des perspectives jusqu’alors improbables.
La victoire des nationalistes à Bastia (emmenés par leur leader Gilles Simeoni) ainsi que dans plusieurs communes de Corse (Patrimoniu avec Jean-Baptiste Arena, ……) a entrainé le camp républicain dans la tourmente. Désormais scindé en deux, les progressistes régionalistes (Ghionga, Risterucci, Tatti) et les conservateurs jacobins (Zuccarelli, Alfonsi, Alessandrini), le camp républicain n’en finit plus d’essuyer les défaites électorales tant sur le plan national que local.
Aujourd’hui et ici, l’ère du statu quo et de l’immobilisme coupable est révolue.
En Corse, l’ère de la protection, de la construction et du développement est engagée.
La véritable question qui se pose désormais est l’évolution de la famille nationaliste.
L’unité pourra-t-elle se faire autour de nos axes principaux communs concernant la culture, le patrimoine et la langue ? Nous l’espérons. La jeunesse consciente, intelligente et impliquée qui compose désormais les mouvements appelle cette union de tous ses vœux.
Le seul argument dont disposaient les Jeanjean de Papa sectaires et bornés, avides de Parisianisme et honteux d’être corse, s’effacent désormais dans le vent de l’histoire. Les « Je condamne fermement … » sont enterrés avec eux dans les tombes électorales que leur avidité a creusées.

Le nationalisme doit désormais se positionner face à un état français plus que jamais campé sur ses positions mortifères anti-culturelles. Les visites récentes des ministres ou les courriers de certains préfets donneurs de leçons en font preuve.
Or, aujourd’hui, nous disposons de deux armes imparables : Nous avons repris la première ville de Corse et nous avons l’opportunité de réunifier, de ressouder, de solidariser à nouveau le mouvement nationaliste.

La chance nous est offerte de ne pas tomber dans le piège mortel de la lutte intestine qui provoqua en Irlande, dans les années 20, au sein même du nationalisme, une guerre fratricide qui eut pour seule conséquence la mort d’environ 4000 irlandais.
Allons-nous faire ce que l’état français attend de nous : nous diviser et nous entretuer ?
Allons-nous faire encore une fois ce qui nous a empêchés de remporter des victoires politiques par le passé : nous diviser pour des raisons d’égo ?
Non.
Le FLNC-Union des Combattants nous montre une voie qui est celle de la sagesse et du travail.
En déposant les armes hier, ces soldats de l’ombre admirés et craints nous permettent de relever la tête.

04/06/2014

Barbra Streisand à Porti-Vechju …

Le blog cultissime A Piazzetta se charge de relayer l’info et de nous rafraichir la mémoire quant aux propos catastrophiques di u nostru Georges de la Machja, maire UMP actuel de Parpaings City, dans l’extrême Sud di a nostra isulella.

Ce dernier s’est offusqué, au point de porter plainte, des propos tenus par des membres d'associations de défenses du littoral lors d’un reportage diffusé sur Canal+. Il ne faut pas que ça se sache : à Porti-Vechju, on construit n’importe où, n’importe comment et le plus cher possible. Camillou à l’urbanisme et Tarzan du BTP au pouvoir, il va pleuvoir de la résidence secondaire dans l’extrême sud.

Alors, Georges veut contre-attaquer et faire oublier tout ça. Or, comme nous le disons en titre, il y a un effet pervers lorsque l’on veut dissimuler des éléments publics : l’effet Streisand.

Alors que la préoccupation de tout un chacun est celle de l’avenir de nos enfants, la municipalité en place depuis mars 2014 maintient son projet béton. Et que fait l’état ? Ou il est complice, ou il se tait, ou il arrête des tortues.

A l’heure où des milliers de personnes descendent dans la rue à Bastia et à Ajaccio pour défendre notre langue et notre culture.

Au moment où, à Bastia, et par des nationalistes, est renversée une tyrannie économique et culturelle semi-séculaire.

 

A Porto-Vek, on s’enlise dans le ciment.

corse,btp,porto-vecchio,mairie,béton,économie,écologie,levante

 

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu